[Accepté] vinivedivici

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Accepté] vinivedivici

Message  Théodôros le Dim 24 Mai - 20:11

Candidature de Théodôros

Partie HRP :

Parisien, j'ai actuellement 18 ans, je m'appelle Jules et suis en terminale général. J'ai fait cinq ans de théâtre en troupe. Je joue à minecraft depuis trois ans et je joue aussi à des jeux de gestion type Anno, banished et quelques FPS comme la série des Farcry. Sinon je suis sur MC-fr depuis la V1.

Ce que j'espère en rejoignant ce serveur, c'est trouver une communauté soudée et retrouver le goût du RP dont je m'étais détourné. Pour moi, le RP c'est un théâtre de l'improvisation à grande échelle, avec un monde ouvert et évolutif où l'on est bien plus libre que dans les RPG.
J'ai connu ce serveur par un ami qui m'en a fait l'éloge.

Je ne suis pas parfaitement sûr de l'endroit où je dois la poster et suis désolé si je me suis trompé.

Partie RP :

Présentation du personnage :


- Présentation du personnage
Prénom : Théodôros
Nation d'origine : Pylos
Tranche d'âge : 13 ans
Métier : aucun (avenir probable : scientifique (soigneur) )
Aptitudes : A venir


Il a environ treize ans, est moyennement grand pour son âge mais très maigre en raison de sa détention par l'esclavagiste. Il ne sait rien faire de ses dix doigts ayant passé son enfance à se faire entretenir par son maître. Il a malgré tout une tendance à l’encyclopédisme, s'intéresse à peu près à tous les domaines et est toujours prêt à apprendre de nouvelles choses mais il acquière rarement des savoirs productifs et se passionne principalement pour les sujets les plus frivoles qui soit. Il a aussi appris les bases de l'argumentation et de la rhétorique à force de côtoyer les milieux aisés de sa cité même si cette fréquentation est lointaine et ce savoir très limité.
Il est renfermé et semble broyé du noir dans un état encore semi traumatique suite à son abandon relativement cruel par son père qui l'a beaucoup touché car il estime énormément cet homme qui est tout pour lui. Il est peu méfiant mais s'il murmure quelques mots il a horreur de parler.

L'histoire de Théodôros

Partie I :

Le Père de Théodôros avait été destiné par sa famille à une carrière comme prêtre et lui finança des études afin qu'il est une érudition suffisante pour espérer atteindre de hautes fonctions au sein du temple. Celui-ci commença par suivre ses cours assidûment puis il finit par se lasser, se décida à suivre les préceptes du libertinage et décida d'aller courir le monde. Il s'en alla donc avec une large suite qui comptait une vingtaine d'esclaves et presque autant de valets et de servantes libres, parmi lesquelles se trouvait une jeune servante particulièrement belle avec qui il désira avoir commerce. De cette liaison naquit un enfant, mais sa mère mourut en lui donnant naissance.

Cet enfant vit donc le jour parmi les esclaves de son père. Étant un fils illégitime, il vécut parmi ceux-ci. Il fut confié à une jeune servante qui l'éleva et lui apprit les bases de sa rude langue du Nord ainsi que l'obéissance sans pour autant le rendre servile car malgré son statut de bâtard il restait un héritier potentiel pour la succession de son père.

Pendant cette période, qui dura quatre ans, le père de l'enfant continua à vivre dans la débauche mais au fil du temps sa bourse se vidait et ses parents comme ses amis le laissèrent finalement dans la gêne sans plus s'embarrasser de lui. Il finit donc par se retrouver isolé de ses égaux et ce fut le début de son retour vers une foi plus traditionnelle. Il commença par vivre plus simplement et réduisit sa suite de moitié et faillit se débarrasser de l'enfant et de la servante mais fut dissuader par la peur de les voir réapparaitre et réclamer de lui un dédommagement car tout homme est responsable de ses enfants et ses parents ne verraient pas d'un bon œil l'apparition de bâtards réclamant chacun une part de leurs biens pour compenser les abandons de leur fils. Car il espérait encore, à ce moment-là, retrouver leurs bonnes grâces.

Il réussit grâce à sa rédemption à obtenir le pardon de ses proches et put se remettre à vivre parmi les siens mais sous la constante menace de devoir à la moindre incartade repartir et cette fois sans espoir de retour. C'est cette crainte qui le rendit terriblement méfiant et manipulateur. Il n'entendait en effet pas abandonner son mode de vie de sitôt mais il devait se montrer prudent, voler comme toujours mais avec plus de finesse que dans sa période de débauche. En effet il n'était pas complétement revenu de ses mauvaises pratiques ou s'il les avait délaissé ça n'était que par peur de la solitude.

Partie II :

Le jour se lève, Père va bientôt arriver, je dois me préparer au plus vite. Aujourd'hui sera un grand jour, on va aller au marché aux esclaves ; Père achètera un esclave et j'aurais sûrement droit à un petit quelque chose... Il arrive j'entends ses pas... Il a toujours le pas un peu traînant le matin... Mais il est toujours de bonne humeur avant que le soleil ne passe trop haut dans le ciel.

Un lourd coup s'abat sur la porte puis elle s'ouvre en grand, un homme au visage rougeaud passe sa tête dans l'encolure de la porte un grand sourire aux lèvres. Il pousse une espèce de grognement ravi à l’adresse de l'enfant son regard étrange se posant sur lui et glissant sur son corps sans rien en voir.

Père ! Il a même l'air de très bonne humeur aujourd'hui, je suis sûr qu'il va m'acheter une pâtisserie au miel, il sait que j'adore ça ! ça colle aux doigts... ça dégouline sur le menton... Et c'est toujours de très grosses parts ! Bien plus que pour le reste... En plus il paraît que c'est comme ça que les gens comme moi font pour devenir plus lourd. Comme ça je pourrais devenir un peu plus fort à la lutte...

La large face disparait et le lourd pas de l'ours reprend. Il y a du bruit... Des esclaves qui commencent à s'agiter autour du maître de maison comme une nuée de mouche autour d'un morceau de viande... Un énorme morceau de viande qui engloutit tout comme un puit sans fond.

Je sors, j'arrive et je le regarde. Il mange, il mange tant et tant... ça me coupe toujours l'appétit, ça me remplit plus l'estomac à moi qu'à lui quand il mange... Je dois manger, commençons par ces trois olives qui traînent sur la table. Une... Deux... La deuxième et déjà je sais que je n'avalerais plus rien... Comment suis-je censé réussir à manger autant ? Bon... Je suis sûr que je mangerais mieux sur le marché...

Ah... Les thermes... C'est le moment que je préféré dans la journée... L'eau est plus chaude qu'hier... Il y a foule comme chaque matin... Par chance, je peux entrer dans les bains clos, il n'y a presque personne ici... Juste deux ou trois personnes qui traînent de loin en loin...

Le marché ! Enfin ! Les odeurs, ça sent bon... J’aimerais bien sentir ces épices toute la journée... Mais je ne dois pas quitter Père ! Ah... Le marchand de pâtisserie où Père m'emmène toujours !

Le marchand s'arrête en voyant venir les deux personnes et leur fait un sourire amical mais où l'on sent le commerçant aguerrit. Il présente aussitôt ces produits les plus alléchants à l'enfant, des pâtisserie d'où dégoulinent le sucre des abeilles, certaines d'une taille affolante, d'autres encore dégageant une odeur entêtante d'inconnu et de pays lointains.

Cela est grosse mais je la connais déjà alors que cela non... Hmm... Je devrais peut-être demander... Bah... Je vais prendre cela, elle est grosse et surtout elle a l'air trèèès sucrée ! Par où la commencer ? Par le sommet de cette pyramide de miel ou par le bas ? Par le bas !

Le gros homme sourit largement en regardant le gavroche ce qui lui donne un aspect d'ursidé comique et attachant. Il regarde la pâtisserie sachant pertinemment qu'elle finirait ou dans son ventre ou par terre.

Ma chambre... Enfin... Père ne s'est pas énervé aujourd'hui... Je n'aime pas quand il s'énerve... Il tape sur les esclaves... Et sur moi parfois... Souvent même... Mais c'est pas grave... Il est gentil et moi aussi des fois je m'énerve... Parfois... Quand il y a quelque chose de grave...

Partie III :

Ses doigts fins glissaient lentement sur la peau du tout jeune homme... Un enfant encore... Mais cet enfant elle l'avait vu grandir, elle avait été sa nourrice avant que le maître ne décide de se consacrer à son "fils"... Comme elle détestait cet homme mais que pouvait-elle faire ? Elle était une femme et de surcroit une esclave condamnée à le servir... Ses yeux se posèrent sur le dos de l'enfant et elle grimaça... Il y avait ça et là quelques zébrures rouges d'où coulait quelques gouttes de liquide rouge mais ce qu'elle voyait surtout c'était les autres marques... Plus anciennes... Elle les voyait comme si elles étaient encore ouvertes... Toutes venaient de ce "père"... Combien de fois devrait-elle encore pommader ce garçon ? Jusqu'à ce qu'il le tue sous ses coups ? Elle devait le protéger... Lui ne disait rien... Il avait l'habitude après tout... Encore et toujours cet air songeur...

Père m'a encore frappé... Il s'est mis en colère comme toujours quand il n'y a personne pour le regarder faire... Aïe ! Bah... A quoi bon crier ? Il faut bien que ça soit fait... Et ça sera plus long si je parle... Pourquoi ? Pourquoi m'a-t-il nommé Théodôros si il me déteste tant ? Tout du moins il l'affirme dans ses colères... Mais pourtant... Il s'occupe bien de moi. Je n'ai pas à me plaindre... Peut-être que j'aurais mon esclave un jour...

Elle fredonne doucement une berceuse, ça berceuse, celle de son enfance quand elle pouvait encore dire qu'elle était une mère pour lui. Il est tout le temps comme ça quand il vient de se faire frapper. A quoi pense-t-il donc ? Son "Père" ? Peuh... Elle passe une nouvelle couche d'onguent sur son dos. Espérons qu'il n'y aura pas de nouvelles cicatrises... Il faudrait que je lui parle... Je devrais le réconforter... Mais il me repoussera comme toujours et je n'aurais plus rien à dire, il est libre lui... Au moins, il y a un avantage à ça situation...

Peut-être... Peut-être est-ce parce que je ne suis pas comme les autres de la cité... Peut-être qu'il me déteste parce que je ressemble trop aux esclaves et pas assez à lui... Mais pourquoi suis-je le seul à ressembler aux esclaves ? Je suis libre moi ! Et pourtant j'ai les cheveux blonds et le teint très clair comme les barbares... Comme Nourrice aussi...

Elle plonge ses yeux dans les siens à l'instant où il tourne la tête. Il a le regard de son père... Malheureusement pour lui... Il a hérité de ses yeux pers... Les yeux d'Athéna...

Pourquoi Père a-t-il la peau halée et matte, le teint rouge, est en chair et en muscle et moi j'ai la peau blanche comme les neiges du Nord, le teint du lait, tandis que moi... Je n'ai que des os saillants... Un squelette qui marche avait dit l'entraineur la première fois que je m'étais montré sur le stade sous les rires des autres élèves... J'ai pourtant de la force... J'en suis sûr... Je dois m'entraîner mais même après toutes les heures passées sur le stade... Rien... De meilleurs résultats quand j'essaye ma force mais rien d'autre... Pas de muscle... De forme... Juste ma maigreur qui se confirme... Qui s'empire...

Du bruit... C'est le maître qui rentre... Tiens... Pas de cri ? Pourtant je ne crois pas qu'il y ait eu quelqu'un pour l'accueillir... Du bruit ? Oh... Je vois nous avons de la compagnie... Et lui qui se précipite près de cet homme, ce misérable... Ce voleur d'enfant !

Père est rentré vite ! Je dois me dépêcher. Oh... Il est accompagné... Si on me voit comme ça... Père me battra jusqu'à demain et peut-être même après demain... Vite, mon vêtement ! Là, je dois me presser... Il arrive... Il monte ? Mais... Père ne laisse personne monter les escaliers... Des... Des armes ? Oui quelqu'un a sorti une arme... Vite ! Que se passe-t-il ?

Il monte ! Il n'est pas seul ! Des gardes ! Ils entrent ! Trois hommes d'arme... Vite, une idée ! Je dois leur demander où est maître ! Condamné, disent-ils... Pas étonnant il n'y a pas pire escroc dans toute la ville ; il a piqué à tout le monde même le dernier des esclaves il lui a volé sa pitance... Un rapia de moins... Mais que vient-il faire là ? Rembourser les victimes ? Les esclaves sont emmenés de gré ou de force... Et le petit ? Vendu ? Lui aussi ? Mais il est libre ! Son "père" l'a vendu pour sa liberté ! Impossible... Ce chien en est à ce niveau... Il est terrorisé tant mieux... Mais j'ai peur pour lui... Qui l'a acheté ? Un esclavagiste ! Par Nyx, il n'y a donc aucune justice ? Son "père" n'a rien et lui...

Père m'a vendu ? Il me déteste donc véritablement ? Je ne suis rien pour lui ? Un esclavagiste ? Comme ceux sur le marché aux esclaves... Certains sont gentils... La plupart même... Il m'offre souvent de petites choses quand Père achète un esclave... J'espère que Nourrice restera avec moi... Ils m’emmènent... Où va-t-on ? Ils me séparent de Nourrice... Je veux partir... Cette homme, Cet esclavagiste met antipathique... Il a l'air méchant, cruel... Je veux Père ! Je veux Nourrice ! Je ne devrais pas pleurer... Les Autres riraient et Père serait mécontent !

Edit : Mon rp était incomplet Sad

Théodôros

Messages : 12
Date d'inscription : 24/05/2015
Age : 20
Localisation : Paris

Mon personnage
Nom/Prénom: Théodôros
Métier: Aucun

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Accepté] vinivedivici

Message  Averilldu59 le Lun 25 Mai - 12:59

Bonjour,

j'ai pris du plaisir à lire ta candidature qui était bien rédigée et qui ne contenait que très peu de fautes. Par contre, un point me chiffonne, tu n'as pas de métier et tu risques de t'ennuyer un peu sans métier... enfin, on verra ça quand tu auras rejoins le serveur...

Candidature acceptée.


Je t'invite à télécharger teamspeak et à nous rejoindre ainsi qu'à télécharger le launcher du serveur et à le lancer une première fois.

_________________
avatar
Averilldu59
Fondateur

Messages : 399
Date d'inscription : 07/10/2012
Age : 26

Mon personnage
Nom/Prénom: Averill Kostas
Métier: Roi, Viticulteur

http://asturia.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum